Le projet éducatif

L’Institut Saint-Laurent, fondé en 1919, est une école de l’enseignement catholique, dont la tradition éducative est inspirée par les valeurs de l’Évangile. Son enseignement est depuis toujours centré sur les disciplines industrielles. Son savoir-faire s’est déployé au cœur de la région liégeoise dont le développement économique a été et reste intimement lié aux compétences techniques.

Cette culture des métiers industriels a profondément imprégné notre établissement. Aujourd’hui encore, malgré les profondes mutations sociales, elle anime le souci que nous avons de mettre en avant des valeurs telles que l’amour du travail bien fait, de l’effort, du dépassement de soi, de la curiosité et de l’esprit de recherche. Cette culture se marque aussi dans le respect des outils et du matériel, la fidélité aux engagements pris, la ponctualité et la prise en compte des consignes et contraintes.

Cette recherche de l’excellence est l’aboutissement d’une longue démarche d’éducation. Elle doit coexister avec la volonté d’accueillir chaque élève quel que soit le niveau de sa progression et dans un contexte de mobilité scolaire qui s’est considérablement accru. Elle doit se concrétiser dans les efforts déployés pour la réussite de tous. Dans la pratique, elle se traduit par une reconnaissance du droit à l’erreur, nourrie par la conviction que chaque élève est une personne qui se construit. Notre sens de l’accueil de tous doit s’exprimer aussi dans l’attention donnée aux jeunes les plus fragiles, issus de familles défavorisées ou malmenés par la vie, quelle que soit leur origine. Loin de s’opposer, la recherche de l’excellence et l’accueil de tous sont des facettes complémentaires de notre projet éducatif. Elles concernent souvent les mêmes élèves, considérés à un moment différent de leur parcours.

L’éducation passe aussi nécessairement par l’apprentissage d’un savoir-être, celui du respect de soi et des autres, de la tolérance face aux différences, mais également par la découverte de la dimension relationnelle et collective, de la solidarité, du partage, de l’ouverture sur le monde. Elle vise à former des jeunes conscients, critiques, responsables de leur avenir et de leurs actes et prêts à s’investir dans des démarches démocratiques et de développement durable. Un élève est une personne en train de grandir et qui se confronte aux adultes. D’où l’importance donnée à l’écoute, au dialogue et aux démarches de médiation dans les situations de conflit. Dans cette dynamique, l’école mène une tâche complémentaire à celle assurée par les parents avec lesquels nous avons la volonté de rechercher des réponses concertées et cohérentes.

Cette démarche éducative correspond à notre vision de l’école chrétienne. Elle veut développer la personnalité toute entière de l’élève dans ses aspects corporels, intellectuels, affectifs, sociaux ou spirituels, sur base de la conviction que l’éducation et l’instruction sont indispensables à tout être humain s’il veut vivre libre et en dignité. Si elle propose aux jeunes de découvrir Jésus-Christ, elle reconnaît pleinement à chacun la liberté de construire ou non sa propre identité à la lumière du message de l’Evangile, dans le respect des différences de conviction. La référence aux valeurs chrétiennes éclaire notre vision des jeunes qui nous sont confiés et la confiance que nous plaçons dans leurs possibilités de développement.

De façon plus globale, nous faisons pleinement nôtres les quatre grands objectifs de l’enseignement secondaire de plein exercice tels qu’ils sont définis par le décret missions du 24 juillet 1997 :

  • promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves ;
  • Amener tous les élèves à s’approprier des savoirs et à acquérir des compétences qui les rendent aptes à apprendre toute leur vie et à prendre une place active dans la vie économique, sociale et culturelle ;
  • Préparer tous les élèves à être des citoyens responsables, capables de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire, pluraliste et ouverte aux autres cultures ;
  • Assurer à tous les élèves des chances égales d’émancipation sociale.

Le projet pédagogique

Une pédagogie du concret

De par son identité industrielle, l’Institut Saint-Laurent a développé des pratiques pédagogiques qui articulent les savoirs avec leurs applications concrètes. Cette spécificité appelle un effort permanent pour relier tout autant le concret à l’abstrait que l’abstrait au concret. Quelle que soit la matière, il importe de donner à manipuler, à palper, à voir, à sentir. Ce souci continu d’illustrer se traduit dans nos filières de transition et de qualification tant technique que professionnelle. Il se manifeste aussi par un appel incessant à l’expérience personnelle, à l’intérêt des élèves, à ce qui les touche. Cette démarche suppose une implication importante de la part des professeurs, mais aussi des étudiants.

Une pédagogie du projet

L’intérêt pour les études n’est pas un prérequis. Il doit souvent être stimulé. La mise en projet d’une classe autour d’une réalisation concrète à court ou à moyen terme est une façon de l’activer. En partant de l’intérêt des élèves, un objectif commun peut être défini par exemple à l’échelle d’une année scolaire. Chacun doit y trouver son compte au niveau du contenu et du plaisir de créer et de réaliser quelque chose ensemble qui soit socialement utile, pour l’école ou son environnement. De la phase d’étude à la mise en œuvre, on multiplie les chances que chaque élève trouve une part de reconnaissance en prenant sa place selon ses possibilités. L’enjeu est ici de permettre à l’élève de s’épanouir au travers d’une expérience où il se dépasse, de se projeter dans l’avenir avec une stratégie, un contrat à remplir, des échéances à respecter. De telles expériences ne peuvent que contribuer à la définition d’un projet personnel.

Une pédagogie différenciée

Notre école vise la réussite de tous. Quel que soit l’état des connaissances de l’élève accueilli, nous pensons devoir être en mesure d’apporter une réponse adaptée. Outre les trois filières offertes dans notre école, nous voulons pouvoir proposer à chacun un parcours qui le mène au bout de ses possibilités. Cela suppose que les élèves qui arrivent suite à une réorientation puissent amorcer leur rencontre avec les réalités industrielles en bénéficiant d’une remise à niveau adaptée. Il est question ici d’enjeux qui concernent bien plus que la simple maîtrise de matières : le dépassement des entraves personnelles touche aussi au travail d’éducation, à l’accompagnement d’un projet personnel en construction. Notre rôle est de permettre aux jeunes qui nous sont confiés de reprendre confiance en eux et dans la société. Dans la même logique, chaque élève, surtout s’il a un parcours scolaire aisé, doit se voir proposer des occasions de se dépasser dans des défis plus pointus, à la mesure des possibilités infinies de la technique.

Projet etablissement